11 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
Sous Paris - Aurélien Noyelle (2017)
#31
0
0
(Jeu. 04 Jan. 2018, 00:21)Georges V a écrit :
(Jeu. 04 Jan. 2018, 00:00)Kataran a écrit : c'est un ouvrage bâtard, pas complètement sûr de lui et pas complètement fini

Comme son père dans sa mère, planqués dans le vestiaire lors d'une soirée de rallye.

Oh non, on avait dit "pas les parents"!
Attention, il m'arrive fréquemment de dire des conneries. Mais heureusement je suis capable de le reconnaître !
Répondre
#32
12
Beach
Bhv
Capitaine Caverne
Farfadet
Fred75
gaspard duval
Joker Robz
KdK
Monsieur S
tieum
turboct
Yann
0
La jalousie va loin, très loin. Le type à juste prouvé qu'il est possible de parler des catas sans baigner dans son vomi les samedi soir à la plage pendant que les pseudo -potes te tagguent au marqueur, et voilà comment vous réagissez.
Répondre
#33
0
0
La guéguerre du territoire, physique ou verbale, est un des piliers de la cataphilie... faut pas s'en offusquer. Ca se ressent constamment, en bas, ici, et dans les bouquins. Après l'étude chiante (mais bien écrite, il a une très jolie plume), l'auteur revient à un ton plus familier et évoque précisément ce sujet. Mais à trop parler de ces gamineries, il retombe presque dedans, c'est dommage. Ca fait re-virer le ton et le rythme à 180°.
Soit c'est voulu, soit il s'est rendu compte qu'il n'avait pas assez de matière sur chaque sujet et il a forcé un peu trop le mélange des genres en réunissant 3 bouquins en un.

Avec cette plume, j'aurais préféré un roman complet. Tant pis, perso je recommande quand même sa lecture, pour ce que ça vaut Smile
Répondre
#34
0
0
(Ven. 05 Jan. 2018, 01:10)Kataran a écrit : La guéguerre du territoire, physique ou verbale, est un des piliers de la cataphilie... faut pas s'en offusquer. Ca se ressent constamment, en bas, ici, et dans les bouquins. Après l'étude chiante (mais bien écrite, il a une très jolie plume), l'auteur revient à un ton plus familier et évoque précisément ce sujet. Mais à trop parler de ces gamineries, il retombe presque dedans, c'est dommage. Ca fait re-virer le ton et le rythme à 180°.
Soit c'est voulu, soit il s'est rendu compte qu'il n'avait pas assez de matière sur chaque sujet et il a forcé un peu trop le mélange des genres en réunissant 3 bouquins en un.

Avec cette plume, j'aurais préféré un roman complet. Tant pis, perso je recommande quand même sa lecture, pour ce que ça vaut Smile

Tu ressens une guerre de territoire dessous ? c'est défini comment pour toi ou pour noyelle ?
Au feu de la frontale, nous avons tous vingt ans. Et par deux murs flanqués, qui eux en ont deux cents.
Répondre
#35
1
Ace
0
Il suffit de feuilleter des comptes-rendus d'aventures en dessous pour trouver très rapidement des conflits entre personnes ou entre groupes: tagueurs / frotteurs, perceurs / profiteurs, ceux qui ont besoin d'un plan / les autres, ceux qui partagent les "secrets" / ceux qui préfèrent les garder... Noyelle ne fait qu'en citer quelques-uns, en rappelant que le "privilège" de la descente dans les catas est souvent générateur d'un boost d'ego, qui à son tour peut être à l'origine même de ces conflits.
Répondre
#36
1
Jahirange
0
(Sam. 06 Jan. 2018, 22:30)Kataran a écrit : Il suffit de feuilleter des comptes-rendus d'aventures en dessous pour trouver très rapidement des conflits entre personnes ou entre groupe

Des individus qui n'arrivent pas à se blairer, ce n'est pas du monopole du dessous-terre.

Quant à parler de conflits entre groupes, le mot est peut-être un peu fort, pour des histoires qui ressemblent en tous points aux collégiens de la 6ème A qui n'aiment pas les collégiens de la 6ème B. On n'en est pas à se découper les membres à coups de machette ni à foutre le feu à la maison de son voisin, parce que celui-ci a osé avouer ressentir un plaisir visuel face à un beau graph.
Sapeurs Plombiers & Dépannage TV
Sauter ou pétrir
Répondre
#37
0
0
Pour ça que j'ai appelé ça "la guéguerre du territoire" Smile Ca reste de la cour de récré, et c'est justement plutôt amusant (ou désolant) de voir que l'auteur, voulant en parler, retombe dedans lui-même...
Répondre
#38
0
0
(Jeu. 04 Jan. 2018, 01:25)Georges V a écrit :
(Jeu. 04 Jan. 2018, 00:31)Jahirange a écrit : Nous devrions chercher une étude sociologique de la jeunesse haute-aristocratique pour voir si tu n'en as pas une image quelque peu dépassée.

Mais j'adopterais plutôt un éclairage sexologique que sociologique. C'est peut-être le symbolisme du vestiaire qui est la clé de l'explication. Ce lieu où on se déshabille pour se montrer encore plus. Ca appelle presque à ce qu'on aille jusqu'au bout de la chose.

Je vous ferai un livre avec des photos. Je suis expert sexologue hors-pair, j'en veux pour preuve que j'ai un sexe et que je l'inspecte depuis de longues années.

Bon ben moi j'en suis à la moitié (du bouquin), mais j'ai pas compris le rapport avec la sexologie  Huh
Répondre
#39
6
Freed
gaspard duval
Gizmo
ILOVETP
plysdn
Yann
0
Après avoir longuement hésité à me le procurer, j’ai finalement sauté le pas sur de bons conseils. Et bien, je dois dire que j’ai été très agréablement surpris par cet ouvrage.
L'auteur a en effet une très belle plume et livre au lecteur des récits intéressants et des anecdotes croustillantes.

L’auteur, à travers son expérience personnelle, évoque ses ressentis lors de ses premières et dernières descentes. Il nous parle également du microcosme dans son ensemble, de quelques histoires du réseau, bon nombre de détails quant aux éléments qui composent la pratique de la cataphilie…

Les analyses sont nombreuses, précises, pertinentes.

Le livre est découpé selon plusieurs parties (liste rythmée par plusieurs sous-parties):

-          Sensations (qui évoquent la première descente, l’attachement, l’obsession progressive…)
-          Sentiments (exploration, cataphiles, clandestinité, la police, d’autres aspects de la vie souterraine…)
-          Un monde meilleur (les autres, les groupes, les fêtes…).
-          Désillusions (controverses, appropriations, escroqueries cataphiles…)

Au centre, quelques photographies viennent agrémenter l’ouvrage. Cela m’a fait penser à l’agencement de 20.000 lieux sous Paris de Basile Cenet.

Alors que j’ai trouvé la lecture de La cité des cataphiles très intéressant mais particulièrement indigeste à lire (et j’étais même soulagé de l’avoir terminé), Sous Paris dévoile une belle mise à jour de ce qui a pu se passer ces dernières décennies (par exemple, le conflit opposant les FC aux tagueurs).

On peut ne pas toujours partager le point de vue de l’auteur. Toutefois, il est intéressant de noter qu’il livre des éléments qui font réfléchir sur certaines choses passées et que le promeneur peut être amené à côtoyer : le culte du secret qui s’évapore au contact de demoiselles, les opportunistes, les tracts, la soi-disant société que veulent créer en-dessous les cataphiles...).

J’avoue avoir souri face à certaines déclarations car il met le doigt sur quelques vérités qui ne sont pas forcément bonnes à dire ! Smile

Il est à noter que la dernière partie du livre est particulièrement surprenante.

Finalement, on ne sait pas vraiment à qui peut s’adresser ce livre, mais ce n’est qu’un détail à mon sens. Le cataphile n’apprendra rien de plus sur quelques éléments descriptifs (comme l’agencement des accès, la police, certains lieux des réseaux..), mais pourra parfaire ses connaissances en lisant pas mal de choses pour lesquelles il n’était pas forcément au courant. De plus, cela rappellera à coup sûr les premiers moments passés sous terre ou les moments solo pour les plus solitaires d'entre nous. Le profane pourra découvrir cet univers en lui donnant éventuellement l’envie de descendre.

Si je n’étais pas cataphile, je serais directement allé acheter le matériel nécessaire et dénicher un plan dès la dernière ligne, car le livre est prolixe en informations (pas nécessairement sensibles).

Après autant de temps écoulé depuis La cité des cataphiles, le microcosme a beaucoup changé et ce livre est tombé à point nommé. Voilà, je ne m’attarderai pas davantage, lisez-le pour vous faire votre propre avis.

Au final, je trouve que cet ouvrage est une réussite et je remercie l’auteur de s’être penché dessus, car j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Je le recommande et il gardera une bonne place dans ma bibliothèque. Gmorning
Répondre
#40
1
Freed
0
Citation :J’avoue avoir souri face à certaines déclarations car il met le doigt sur quelques vérités qui ne sont pas forcément bonnes à dire ! [Image: smile.gif] 
 Après une amorce aussi "putaclique", il va falloir balancer les citations !
Attention, il m'arrive fréquemment de dire des conneries. Mais heureusement je suis capable de le reconnaître !
Répondre
#41
4
arli
Beach
Jahirange
VilCoyote
1
plongeur
J'ai réussi à finir ce bouquin cet été. Pas une simple affaire. Je crois que j'ai préféré La cité des cataphiles.
Comme dis plus haut, beaucoup d'intellobranlette, l'écriture à mon goût ne colle pas au sujet, bref chiant à lire.
On croirait se taper un CR de Georges V de plus de 300 pages.
Quant aux anecdotes... rien de nouveau.

Aussi, je m'étonnes qu'il change certains noms et pas d'autres. Qu'il nomme Psy alors Risbo n'a le droit qu'à sa première initiale.
Répondre
#42
2
arli
Jahirange
0
J'ai également fini ce livre pendant les vacances. Les 2 premières parties sont plaisantes à lire, nous sommes plongés dans les catas grâce au style narratif. Ensuite, l'auteur a prévenu : il se consacre à la dimension analytique. Et là, tout bascule ! le champ lexical est haut perché, l'expérience philo-socio-politico-cataphile est difficile à suivre.

Je ne résiste pas à l'envie de relever quelques brefs extraits sur une double page (218-219). Donc je cite :
"...surmontant l'aporie sur laquelle mon travail paraît ici achopper"
"...justifier la prééminence de la première sur les deux autres, si ce n'est les besoins de la démonstration"
"Ainsi réunies dans une configuration synoptique, elles apparaissent comme les données éparses..."
"...devoir irrémédiablement buter sur un hiatus irréconciliable"
"Pour les réunir, il fallait donc dépasser cette dichotomie, se rappeler que contrairement à des croyances séculaires solidement ancrées..."

Pour ma part, j'ai alors lu en diagonale après avoir pris une aspirine  Rolleyes
Je recommande ceci dit la lecture de la première moitié du livre, il suffit de le considérer comme un roman de 200 pages avec un "bonus" facultatif  Big Grin
Répondre
#43
4
Citerne
Jahirange
Raska
Satsuki
0
Pour les parisiens, vous pouvez vous passer de débourser et d'encombrer votre appart avec un livre que vous ne lirez qu'une fois: on trouve ce livre en bibli municipale.

C'est effectivement un ouvrage globalement intéressant mais pas toujours plaisant à lire.
Les sous-sols sont parfois propices à l'introspection et à la philo de comptoir en se regardant le nombril mais par écrit ça donne un propos vite touffu et décousu. Lisant certains passages lourdingues, je m'imaginais plutôt le gars  soliloquant au feu de son acet' affalé à Pi.

Citer Glowczewski dès le début annonce la couleur, on y trouvera même une digression sur les aborigènes en dédicace. On y retrouve cette volonté que je trouve irritante de vouloir ranger les gens dans des cases sous prétexte d'anthropologie du pauvre mème si c'est bien plus léger ici que pour son inspiratrice.
Une longue partie du bouquin s'essaye tout de même à couper les cheveux en quatre et à s'épancher avec des comparatifs et analyses dignes d'une fin de soirée enfumée en alignant des mots à high-score pour faire intello. L'auteur a envie de théoriser à l’extrême son expérience et ses rencontres et se perd dans de sacrés méandres.

Une fois qu'on passe sur ces mauvais moments il reste de bonnes choses.
Les premiers pas du cataphile nous parlent forcément et réchauffent les bons souvenirs.
Les anecdotes bien que souvent archi connues pour nous (hague-bar, compères, fc, etc) sont plaisantes à redécouvrir.
Ca spoile un peu mais finalement très peu: on y apprend entre autre que la PC était ouverte à l'époque (oh !)

Ce que je retiens surtout et qui fait un peu de peine est la motivation de l'ouvrage. Les années passant l'auteur a fait le tour de son aventure cataphile. L'émerveillement et l'immersion du début que l'on connait surement tous à fait place ici à la désillusion.
L'amour fort manifeste a entrainé une déception palpable à la même hauteur comme un passionné éconduit et déçu de ne finalement plus y trouver ce qu'il y souhaitait et ouvrant lucidement les yeux sur l’échappatoire qu'il a idéalisé.
L'ensemble tient du coup beaucoup au cri du cœur amer de celui qui s'est fait largué et c'est dommage.

Auteur, tu cites ck donc tu y passes encore peut etre, surtout là où on parle de toi. Bravo pour la magie et la retranscription des sensations, dommage pour l'amertume que tu n'avais pas encore digérée et l'intellectualisation masturbatoire.
Le propos final est complètement lucide et intéressant mais on n'est pas trop là pour lire "sous Paris : histoire d'un cataphile amer et déçu de ses comparses".


PS: Barbara Glowczewski est passée heureusement à autre chose depuis est s'est vu attribué la médaille d'argent du CNRS il y a quelques mois.

Répondre
#44
0
0
Ta conclusion est de dire que les cataphiles ne sont pas des désœuvrés en quête de sens?
Répondre
#45
1
Raska
0
(Mer. 24 Oct. 2018, 11:45)Francis a écrit : Ta conclusion est de dire que les cataphiles ne sont pas des désœuvrés en quête de sens?

Je ne les connais pas tous cher Francis

Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  [Article] Quand en 1830, Lafayette s'intéressa aux galeries... sous Paris ILOVETP 0 237 Jeu. 01 Dec. 2022, 21:13
Dernier message: ILOVETP
  Paris sous Paris gaspard duval 10 4 379 Jeu. 09 Juin 2022, 16:34
Dernier message: Land-scape
  Atlas de Maire - Plan des carrières sous Paris ILOVETP 13 14 413 Ven. 10 Juil. 2020, 14:34
Dernier message: Capitaine Caverne
  Aurélien Bellanger, cataphile ? Papi 19 10 668 Ven. 26 Avr. 2019, 12:01
Dernier message: ILOVETP
  Le droit concernant l’exploitation des carrières à Paris et autour sous Louis XVI ILOVETP 0 2 302 Mer. 22 Mars 2017, 18:43
Dernier message: ILOVETP
  Les Carrières sous Paris (1896) ILOVETP 15 14 721 Ven. 18 Mars 2016, 17:10
Dernier message: Gastrik
  Guillaumot - Mémoire sur les travaux ordonnés dans les carrières sous Paris ILOVETP 1 3 435 Ven. 11 Dec. 2015, 12:28
Dernier message: ILOVETP
  le Paris sous Paris - Maurice BARROIS Kalimero 15 12 031 Mar. 15 Fév. 2011, 15:07
Dernier message: loopingf
  Qu'y a-t-il sous Paris ?Par Valérie GUIDOUX et Jean-Michel P Kalimero 6 4 870 Jeu. 19 Oct. 2006, 15:53
Dernier message: red lo
  Dunkel. Topographie des carrières sous Paris Tristan 16 10 960 Jeu. 24 Août 2006, 16:40
Dernier message: big



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)