4 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
[archive] Le plus grand bordel de Paris (XXX)
#1
0
0
50 metre sous terre pour decouvrir le plus grand bordel de paris ?

un petit goodis pour ce qui ne peuvent descendre ce samedi soir.

Ces trois pages font dans la grande finesse...
Bonne lecture ! Big Grin


Pièces jointes Miniature(s)







-- h2o
Sauvez une hague, mangez un cataphile.
Répondre
#2
0
0
le texte, pour ceux qui ont des petits ecrans:

Citation :CINQUANTE METRE SOUS TERRE POUR Dà‰COUVRIR LE PLUS GRAND BORDEL DE PARIS ?
Les mecs de l'Inspection Générale des Carrières en ont ras le bol. Ras le bol de tous ces "malades" qui s'infiltrent en fraude, à  leurs risques et périls, dans les 300 kilomètres de galerie des anciennes carrières qui truffent le sous-sol de la capitale. Les habitués appellent ce réseau "les catacombes" (rien à  voir avec les Catacombes officielles de la place Denfert Rochereau) sous prétexte que les cimetières parisiens y blackboulent leurs excédents de nonos. C'est qu'on y trouve de tout en dessous, outre les cadavres et les rats: des anciens abris aménagés o๠il ne reste plus qu'à  rebrancher l'eau et l'électricité, des salles vastes comme des cathédrales, et des allumés de toute sorte.
"Les catas, c'est plus ce que c'était, se souvient Jean-Michel, un nostalgique. Il y a quelques années, on descendait par bandes de plusieurs dizaines pour des fêtes, des concerts. Bon, il y avait bien quelques fendus: des fachos ou des skins craignos qui se prenaient la tête dans les anciens bunkers allemands, les collectionneurs de crânes ou les amateurs de messes noires à  la mord moi le noeud. Mais bon, contrairement à  ce qu'a raconté il n'y a pas longtemps TFI dans un reportage bidon, c'est fini tout ça. Sauf peut-être les messes noires. Sinon,il n'y a plus que les partouzards pour descendre, mais pour être peinards, pas pour la magie du lieu. Et pour tomber dessus faut être vachement rancardé. Justement, je crois qu'il va se passer un truc ce soir, sous le Val de Grâce. Si tu veux je t'y amène". Chiche!
Une pipe pour 50 balles
Une plaque d'égout qu'on soulève, une issue démurée dans un tunnel de la petite ceinture ou dans une cave et le tout est joué. Tout le reste n'est qu'un mélange d'acrobatie et de spéléologie. Courir au cul des donzelles en rampant dans le sable et la boue, pataugeant dans la flotte jusqu'à  mi-cuisse et se prendre des aspérités vicelardes en pleine tronche, c'est une autre prise de risque que le minitel! Ou alors on est en plein 3615 Gaspard (rat en argot)...
Cependant, c'est propre, tiède (14° en permanence). "Ici, impossible de tomber malade, précise Jean-Michel, et quand tu te blesses tu cicatrices très vite à  cause du salpêtre".
Impossible de tomber malade? Voir! -La rumeur veut que la mairie de Paris ait lâché des floppées de rats dans les cacas histoire de dissuader les queutards troglodytes. Et la plupart de ces rats seraient porteurs du germe de la leptospirose, la maladie des égouts, une horreur qui s'en prend au foie. Mais l'histoire des catas se nourrit de ce genre de légende. "La mairie de Paris serait mieux inspirée en installant des distributeurs de capotes dans chaque galerie", rigole Jean-Michel.
Des capotes, on en .trouve pourtant pas mal, mais ayant déjà  fait leur office, de celles qui par exemple transforme un squelette reconstitué en arbre de Noà«l. C'est o๠qu'on baise? Suivez le latex!
Un moment on croise une jeune et jolie nénette, bizarrement attifée d'une jupe ultra courte et d'un casque de spéléo. Jean-Michel me glisse à  l'oreille: "C'est Stella. Etudiante et fauchée. Elle pipe pour cinq sacs. Si ça t'intéresse"...
Plus tard, mon guide me livre une autre info. "à‡a serait super si on pouvait tomber sur Piggy, la madone des catas. 50 balais mais tout ce qu'il y a de plus gironde. Il paraît même qu'elle vit en permanence dans les catas, quelque part sous le sénat. Si tu es bien avec elle, elle peut tout t'avoir sur place: champagne, caviar, des filles ou des mecs selon ta préférence. Mais 1 attention, c'est pas une maquerelle. Juste pour le fun". Il paraît que de trop longs séjours dans le réseau rendent complètement louf. Je me demande si Jean-Michel n'est pas en train de m'embarquer dans son doux délire. Un bordel gratos à  50 mètres sous le sénat? Et pourquoi pas un train fantôme sous l'Elyzée!

Le train fantôme, c'est justement pour maintenant. Sous le cimetière Montparnasse on rampe en compagnie de quelques zombies (18 ou 20 ans à  tout casser) sur des montagnes d'os, de crânes. Nous sommes juste sous le cône de déjection d'un puits o๠s'empilent les milliers de cadavres chassés des concessions. Les dessous privés de la mort. Désespérant! Les amateurs de nonos f mit leurs provisions. Pour leurs collections privées ou la revente en douce à  quelques givrés. Le crâne de grand-père finissant en dessus de cheminée ou en pot au feu, plutôt scabreux, non? L'ossuaire du cimetière de Montrouge, également accessible par le réseau et joliment appelé "le viandox" a aussi ses adeptes nécrophiles.
L'amour avec un fémur
Plus scabreux, un quatuor complètement éclaté au booster s'essaie à  un exercice de haute voltige sur un monceau de nonos. La nénette, cul d'enfer et bouche paradisiaque, se fait copieusement limer par le trou de balle tout en queutant un vis à  vis qu'a l'air tout chose tellement que c'est bon, tandis que, sous elle, un troisième larron la comble à  l'aide d'un long fémur tout en s'astiquant le chinois. Un de profundis de ce style, ça n'appelle pas spécialement l'hostie consacrée!
"C'est l'air qui veut ça", s'excuse presque Jean-Michel. II m'explique. L'air des catas a en effet un taux élevé de gaz carbonique (ne pas confondre avec l'oxyde de carbone, mortel) qui provoque une excitation psychique et passablement érotique. Une sorte d'ivresse des profondeurs. Faire
Attention quand même dans les galeries mal ventilées.
Quand est ce qu'on baise ?
Tiens, une tombe! Une vraie de vraie. Celle d'un certain Philibert Aspert, serrurier du Val de Grâce sous la Révolution. A la recherche d'un bonne boutanche dans une cave voisine, le pauvre homme a atterri on ne sait comment dans les catas et y est mort... de soif. Retrouvé onze ans plus tard il a été inhumé sur place. Depuis quelque temps, une vieille pute chassée du trottoir parisien par la limite d'âge aurait fait de la tombe du pauvre Philibert son lieu de racole. Cela dit, se fader des kilomètres de galerie sur les genoux pour se taper une vieille peau, faut être plutôt amateur!
C'est bien beau tout ça, mais quand est-ce qu'on baise au juste? Un type nous indique: "La partouze? C'est très simple. Tu tournes r droite puis .encore à  droite, puis à  gauche, à  droite, encore droite, nouveau à  gauche, puis c'est tout droit. Tu peux pas te tromper, tu tombes en plein dedans".
L'érotisme des origines
Enfin nous y sommes. C'est sympa et improvisé: un buffet champagne (le champagne est meilleur quand il est bu 50 mètres sous terre, m'expliquera un habitué), des bougies plantées à  même le sol, une sono à  piles, des banquettes couchettes aménagées sur des monolithes de calcaire, au fond d'alcôves naturelles... Je connais plus crade comme boîte!
Je suis quand même déçu d'y rencontrer les vieilles gloires de l'échangisme parisien: Tony, Marcel, Vivianne et Martine... Bref, très peu d'arrivage nouveau. Mais surtout, qu'est-ce qui leur prend à  tous de jouer les scouts pour quelques coups de queue? Tony: "C'est dans les carrières que j'ai tiré mon premier coup, à  14 piges. Depuis j'y 'reviens comme en pèlerinage". Marcel: "Le sexe serait ennuyeux si on n'' mettait pas une dose de jeu, Je piment et même de risque. Et puis, les catacombes, c'est un monde sensoriel à  part entière, unique, o๠rien n'est comme en surface, et même inversé. Quand on descend, c'est comme si on effectuait une véritable régression dans le ventre de Mère Nature. C'est l'érotisme des origines".
Soit. "Monde sensoriel", "Mère Nature", "régression", "érotisme des origines", le sexe libertin était-il donc devenu si triste pour sombrer dans un tel préchi-précha?!
Citation :LE VRAI VENTRE DE PARIS
Paris s'est construit sur une véritable termitière! Près de 300 kilomètres de galeries souterraines, 835 hectares, soit un douzième de la superficie totale de la capitale, constitués par les anciennes carrières de calcaire (au sud) et de gypse (au nord), bien en dessous des réseaux du métro, du RER et des égouts (de 12 à  50 mètres de profondeur). Certaines datent de la Lutèce romaine. Un chef d'oeuvre architectural unique au monde et hélas laissé à  l'abandon par les pouvoirs publics. Les réseaux s'étendent principalement sous les 5ème, 6ème, 13ème, 14ème et 15ème arrondissement. Un important réseau également en ban
lieue sud (Châtillon, Montrouge, Evry) et des réseaux indépendants dans les 12ème et 16ème arrondissements. Les. galeries de traverse, accessibles par les anciens puits d'ex-traction mesurent de 1,5 à  2 mètres de hauteur et sont souvent inondées. Depuis la fin du XVIIIèmc siècle, des travaux de consolidation sont effectués pour éviter le dangereux phénomène des fontis (effondrement du ciel de la carrière pouvant entraîner des constructions de surface). En 1786, les carrières de la barrière Denfert (aujourd'hui Denfert Rochereau) ont servi à  entreposer les ossements des cimetières parisiens fermés pour des raisons d'hygiène. Cette impressionnante nécropole de plus de 6 millions d"'âmes" est ouverte au public. Sinon, l'ensemble du réseau souterrain est formellement interdit au public par un arrêté préfectoral du 2 novembre 1955 qui prévoit une contravention de lère classe (carnet rose). Une information quand même pour les petits malins: cet arrêté ne s'applique que sous le voie publique. Si vous vous faîtes surprendre sous un domaine privé ou même sous un établissement public, vous n'êtes pas verbalisable. L'inconvénient est que, par contre, la plupart des accès sont sur le domaine public!


20
-- h2o
Sauvez une hague, mangez un cataphile.
Répondre
#3
0
0
genial ! Big Grin c'est quoi la source ?
* AnTiCmOs *
Visit my Website !
Répondre
#4
0
0
AnTiCmOs a écrit :genial ! Big Grin c'est quoi la source ?
je sais pas, on m'a donné juste les feuilles. De memoire c'etait dans un bouquin de cul à  2 balles.

Il y a un second article qui suivait celui-ci que je posterais demain parlant d'une messe noire sous Paris.
-- h2o
Sauvez une hague, mangez un cataphile.
Répondre
#5
0
0
la photo avec le verre sur la 'page20' est bien cool Smile
* AnTiCmOs *
Visit my Website !
Répondre
#6
0
0
du 52 a la une version papier ??
J'entends le chant des arbres.
Répondre
#7
0
0
gglelfe a écrit :du 52 a la une version papier ??
un peux, en plus ça date de la meme epoque => "...Mais bon, contrairement à  ce qu'a raconté il n'y a pas longtemps TFI dans un reportage bidon, c'est fini tout ça..."
-- h2o
Sauvez une hague, mangez un cataphile.
Répondre
#8
0
0
En tout cas vu la gueule des images trafiquées c'était avant photoshop... Icon_lol
Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  nos amis du Grand Paris expliquent les Injections Xalran 0 638 Mer. 08 Sep 2021, 20:33
Dernier message: Xalran
  TF1- Grand Reportage h2o 31 16 541 Sam. 22 Juin 2019, 13:01
Dernier message: znort
Photo SubTropolis : le centre d’activité souterrain le plus grand au monde Yannouuu 8 7 175 Dim. 15 Fév. 2015, 00:19
Dernier message: Jahirange
  Disney au grand palais Capello 2 2 160 Sam. 30 Sep 2006, 18:00
Dernier message: Ariane
  Le grand journal reportage sur les toits (CANAL +) orakle 50 19 808 Ven. 28 Oct. 2005, 14:28
Dernier message: jennifer
  [archive] Supplément Paris T7J sur les égouts (01/1982) Andrew 4 3 307 Ven. 02 Sep 2005, 19:51
Dernier message: katafille
  [archive] Nouvel Obs: Sup. spécial s.sol de Paris sept 01 h2o 7 5 664 Mer. 15 Juin 2005, 22:53
Dernier message: h2o
  [archive] Jeune à  paris No 36 Janvier 95 h2o 3 2 352 Dim. 29 Mai 2005, 13:33
Dernier message: taara



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)