22 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
Usage d'une acète en intérieur
#16
1
ILOVETP
0
J'imagine donc que dans ce lieu rien n'est classé M1, je suis pas un psychorigide de la norme et je pense qu'avec des gens responsables ça ne pose pas de problème.
Mais si dans la scéno le fait d'avoir une acet (avec une flamme j'entends) n'est pas indispensable je ne vois pas pourquoi ne pas s'en passer.
Après j'ai déjà fait des spectacles qui commençai pas l'arrivé d'un comédien sur une MBK 88 (moteur tournant) qui puait le mélange alors bon... Une acet... Big Grin
Pour le détecteur le mieux est de faire un test avant le spectacle, mais il y a beaucoup de chances que ce soit un détecteur optique alors à priori pas de soucis...
La terre n'est pas un don de nos parents ce sont nos enfants qui nous la prêtent.
Répondre
#17
3
Freed
Golkonda
ILOVETP
0
pourquoi eteindre la lampe? si elle est placé dans un endroit protégé = ou elle ne tombe pas, c'est mieux de laisser le gaz bruler, c'est beaucoup moins génant que de l'acetylene !
vivre c'est mourir un jour, plonger sous terre c'est vivre intensément!
Répondre
#18
0
0
(Jeu. 30 Nov. 2017, 23:36)Rézal a écrit : Hmm, donc si je résume vos réponses, le risque  principal est de l'ordre  réglementaire plus que sécuritaire.  A cet égard, il n'y a pas trop de problèmes, car la salle est un espace privé et non un vrai théâtre, et l'organisme qui la gère accepte sans difficultés de débrancher l'alarme anti incendie pendant la durée du spectacle. Il ne fait pas le difficile sur les contraintes légales.

Donc en fait, ça devrait marcher tant que je prends soin de ne pas laisser l'acète dégager son gaz dans un coin pas aéré. J'ai alors une autre question:
-Comme les coulisses sont assez exigües, je devrais peut-être déplacer l'acète éteinte mais dégageant son acète dans un couloir entre deux scènes, où le détecteur de fumée ne sera pas désactivé. Est-ce que vous savez si même sans flamme, le dégagement d'acétylène suffit à déclencher un détecteur anti incendie ?

Enfin, je prends note du fait qu'il serait plus simple et moins cher d'utiliser une lampe électrique style lampe tempête à la place.

Merci de vos réponses.

Du coup s'il y a un problème et qu'il y a un incendie ça sera bien pour les responsabilités!
Plus sérieusement, les règles souvent ça parait nul mais c'est aussi pour protéger face aux risques. Une acet qui dégage son gaz dans un endroit confiné s'il y a une étincelle ça fait pas du bien (tu demanderas à certains d'ici ils l'ont vécu).
Si quand bien même ces recommandations de plusieurs personnes tu tenais vraiment à utiliser une vraie acet, plusieurs améliorations pourraient rendre la chose contrôlable et plus sécurisée facilement.
1) Utiliser une lampe avec un verre. Ainsi, si la lampe tombe, la flamme ne risque pas d'aller toucher un élément non ignifugé (en parlant d'éléments ignifugés, il y en a dans la salle?). Sache aussi qu'il existe aussi des lampes de mineurs avec verre qui sont au pétrole ou à l'huile. Se limiter à l'acétylène n'est pas forcément la bonne solution. 
2) Si lampe sans verre, la meilleure solution reste sûrement de l'éteindre et de la mettre dehors
3) La meilleure solution reste de ne pas le faire avec une vraie flamme dans un espace confiné.
Répondre
#19
0
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 09:03)Zachariah a écrit :
(Jeu. 30 Nov. 2017, 23:36)Rézal a écrit : Hmm, donc si je résume vos réponses, le risque  principal est de l'ordre  réglementaire plus que sécuritaire.  A cet égard, il n'y a pas trop de problèmes, car la salle est un espace privé et non un vrai théâtre, et l'organisme qui la gère accepte sans difficultés de débrancher l'alarme anti incendie pendant la durée du spectacle. Il ne fait pas le difficile sur les contraintes légales.

Donc en fait, ça devrait marcher tant que je prends soin de ne pas laisser l'acète dégager son gaz dans un coin pas aéré. J'ai alors une autre question:
-Comme les coulisses sont assez exigües, je devrais peut-être déplacer l'acète éteinte mais dégageant son acète dans un couloir entre deux scènes, où le détecteur de fumée ne sera pas désactivé. Est-ce que vous savez si même sans flamme, le dégagement d'acétylène suffit à déclencher un détecteur anti incendie ?

Enfin, je prends note du fait qu'il serait plus simple et moins cher d'utiliser une lampe électrique style lampe tempête à la place.

Merci de vos réponses.

Du coup s'il y a un problème et qu'il y a un incendie ça sera bien pour les responsabilités!
Plus sérieusement, les règles souvent ça parait nul mais c'est aussi pour protéger face aux risques. Une acet qui dégage son gaz dans un endroit confiné s'il y a une étincelle ça fait pas du bien (tu demanderas à certains d'ici ils l'ont vécu).
Si quand bien même ces recommandations de plusieurs personnes tu tenais vraiment à utiliser une vraie acet, plusieurs améliorations pourraient rendre la chose contrôlable et plus sécurisée facilement.
1) Utiliser une lampe avec un verre. Ainsi, si la lampe tombe, la flamme ne risque pas d'aller toucher un élément non ignifugé (en parlant d'éléments ignifugés, il y en a dans la salle?). Sache aussi qu'il existe aussi des lampes de mineurs avec verre qui sont au pétrole ou à l'huile. Se limiter à l'acétylène n'est pas forcément la bonne solution. 
2) Si lampe sans verre, la meilleure solution reste sûrement de l'éteindre et de la mettre dehors
3) La meilleure solution reste de ne pas le faire avec une vraie flamme dans un espace confiné.


Je plussoie. Les lieux de spectacle, même (et surtout) quand il n'ont pas cette finalité première, sont des lieux à risque. On évolue dans la pénombre, vite, et avec du matériel prompt à se décrocher, à s'enflammer, avec des gens qui se bousculent, etc. Ce n'est pas pour rien que tout ce qui monte sur scène doit avoir un certificat de classement non feu. Comme l'a dit Bissa, tout est faisable, dès lors que c'est maîtrisé.

Donc le risque, présentement, il est tout simple, c'est celui qu'à dit plongeur : un petit coup de pied de rien du tout, l'A7 tombe, et tout prend feu en quelques secondes. Le risque n'est PAS faible, dans ce contexte. A méditer.
Répondre
#20
0
0
D'accord. Donc les détecteurs de fumée ne se décteraient peut-être pas, c'est à tester. Cependant, vous dites globalement qu'allumer une acète sur scène implique des risques bien moins bénins que ce qu'il pourrait y paraître au premier abord, et qu'il y a un danger réel d'incendie.

Bon, je vais méditer cela, et effectuer quelques tests pour voir ce que ça donne. Merci de votre aide.

Rézal
Les gentils gagnent toujours à la fin.
Répondre
#21
0
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 13:00)Rézal a écrit : D'accord. Donc les détecteurs de fumée ne se décteraient peut-être pas, c'est à tester. Cependant, vous dites globalement qu'allumer une acète sur scène implique des risques bien moins bénins que ce qu'il pourrait y paraître au premier abord, et qu'il y a un danger réel d'incendie.

Bon, je vais méditer cela, et effectuer quelques tests pour voir ce que ça donne. Merci de votre aide.

Rézal

Rien qu'allumer une bougie sur scène c'est déjà un parcourt du combattant...
La terre n'est pas un don de nos parents ce sont nos enfants qui nous la prêtent.
Répondre
#22
5
Atreyu
BiBi
Freed
Keep-out
plongeur
0
et les gens avec des TOC, vous y pensez parfois? Vous et vos histoires qui soulèvent des questions à la con... quand c'est pas des papillons qu'il faut identifier pour en avoir le coeur net, ce sont les risques d'explosion d'acétylène dans un espace confiné.

Du coup, à moins de faire un spectacle dans le cagibi où on range les balais, pas de risque d'explosion dûe à une fuite d'acétylène. 

1kg de carbure dégage 300L d'acétylène, peu où prou. La limite inférieure d'explosivité (LIE) de l'acétylène est de 2,5% du volume d'air total (source: "Les mélanges explosifs" - INRS). dans une mini salle de 3m x 4m avec 2.5m de plafond, le gaz dégagé par 1Kg de carbure représenterait 1% du volume d'air, en dessous de la LIE.


"c'est super tout ça, mais les risques d'intoxication?"

et bien figurez vous que le seuil de toxicité de l'acétylène est de 107g/m3 d'air (source: "RETOUR D’EXPERIENCE OPERATIONNEL - FEU SUR BOUTEILLE D’ACETYLENE ,  Service départemental d'incendie et de secours de l'Essonne). Du coup, la masse molaire de l'acétylène étant de 26.04g/mol et le volume molaire de 22,4L/mol, il faut atteindre une concentration d'acétylène de 92L/m3 d'air pour s'intoxiquer; sachant qu'avec 1kg de carbure on arrive à peine à 10L/m3, avec une charge normale de carbure pour une seule lampe on a le temps de venir voir la mort.

voilà, ça va beaucoup mieux maintenant.
Et demain on reviendra te couper ton zézette
Répondre
#23
0
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 15:07)KarlHungus a écrit : et les gens avec des TOC, vous y pensez parfois? Vous et vos histoires qui soulèvent des questions à la con... quand c'est pas des papillons qu'il faut identifier pour en avoir le coeur net, ce sont les risques d'explosion d'acétylène dans un espace confiné.

Du coup, à moins de faire un spectacle dans le cagibi où on range les balais, pas de risque d'explosion dûe à une fuite d'acétylène. 

1kg de carbure dégage 300L d'acétylène, peu où prou. La limite inférieure d'explosivité (LIE) de l'acétylène est de 2,5% du volume d'air total (source: "Les mélanges explosifs" - INRS). dans une mini salle de 3m x 4m avec 2.5m de plafond, le gaz dégagé par 1Kg de carbure représenterait 1% du volume d'air, en dessous de la LIE.


"c'est super tout ça, mais les risques d'intoxication?"

et bien figurez vous que le seuil de toxicité de l'acétylène est de 107g/m3 d'air (source: "RETOUR D’EXPERIENCE OPERATIONNEL - FEU SUR BOUTEILLE D’ACETYLENE ,  Service départemental d'incendie et de secours de l'Essonne). Du coup, la masse molaire de l'acétylène étant de 26.04g/mol et le volume molaire de 22,4L/mol, il faut atteindre une concentration d'acétylène de 92L/m3 d'air pour s'intoxiquer; sachant qu'avec 1kg de carbure on arrive à peine à 10L/m3, avec une charge normale de carbure pour une seule lampe on a le temps de venir voir la mort.

voilà, ça va beaucoup mieux maintenant.

Ton premier calcul fonctionne si l'air est remué et que donc ton acétylène est réparti uniformément. Hypothèse très peu probable pour de l'acétylène sortant d'une lampe.
Répondre
#24
0
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 15:12)Zachariah a écrit :
(Ven. 01 Dec. 2017, 15:07)KarlHungus a écrit : et les gens avec des TOC, vous y pensez parfois? Vous et vos histoires qui soulèvent des questions à la con... quand c'est pas des papillons qu'il faut identifier pour en avoir le coeur net, ce sont les risques d'explosion d'acétylène dans un espace confiné.

Du coup, à moins de faire un spectacle dans le cagibi où on range les balais, pas de risque d'explosion dûe à une fuite d'acétylène. 

1kg de carbure dégage 300L d'acétylène, peu où prou. La limite inférieure d'explosivité (LIE) de l'acétylène est de 2,5% du volume d'air total (source: "Les mélanges explosifs" - INRS). dans une mini salle de 3m x 4m avec 2.5m de plafond, le gaz dégagé par 1Kg de carbure représenterait 1% du volume d'air, en dessous de la LIE.


"c'est super tout ça, mais les risques d'intoxication?"

et bien figurez vous que le seuil de toxicité de l'acétylène est de 107g/m3 d'air (source: "RETOUR D’EXPERIENCE OPERATIONNEL - FEU SUR BOUTEILLE D’ACETYLENE ,  Service départemental d'incendie et de secours de l'Essonne). Du coup, la masse molaire de l'acétylène étant de 26.04g/mol et le volume molaire de 22,4L/mol, il faut atteindre une concentration d'acétylène de 92L/m3 d'air pour s'intoxiquer; sachant qu'avec 1kg de carbure on arrive à peine à 10L/m3, avec une charge normale de carbure pour une seule lampe on a le temps de venir voir la mort.

voilà, ça va beaucoup mieux maintenant.

Ton premier calcul fonctionne si l'air est remué et que donc ton acétylène est réparti uniformément. Hypothèse très peu probable pour de l'acétylène sortant d'une lampe.

Viens pas foutre le borderl Zaccariah. En 6 années de lecture de CKZone, c'est la PREMIERE fois que je lis un post constructif/argumenté du moustachu. Du coup je n'en reviens pas ; je suis sonné.
Répondre
#25
1
Freed
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 15:12)Zachariah a écrit : Ton premier calcul fonctionne si l'air est remué 

ça tombe bien, l'article R232-5-3 du code du travail nous indique que les locaux de réunion (dont font parti, a priori, les salles de spectacle) doivent avoir un débit de renouvellement d'air de 30m3/h/occupant. 


(Ven. 01 Dec. 2017, 15:32)saintloup a écrit : Viens pas foutre le border Zaccariah. En 6 années de lecture de CKZone, c'est la PREMIERE fois que je lis un post constructif/argumenté du moustachu. Du coup je n'en reviens pas ; je suis sonné.

[Image: o-u1.gif]
Et demain on reviendra te couper ton zézette
Répondre
#26
3
Freed
ILOVETP
KarlHungus
0
[Image: giphy.gif]
Répondre
#27
1
Bissa
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 15:51)KarlHungus a écrit :
(Ven. 01 Dec. 2017, 15:12)Zachariah a écrit : Ton premier calcul fonctionne si l'air est remué 

ça tombe bien, l'article R232-5-3 du code du travail nous indique que les locaux de réunion (dont font parti, a priori, les salles de spectacle) doivent avoir un débit de renouvellement d'air de 30m3/h/occupant. 

Les règles ERP plus contraignantes l'emportent sur les dispositions ERT.
Sapeurs Plombiers & Dépannage TV
Sauter ou pétrir
Répondre
#28
5
dmighty
El Mariachi
Farfadet
ILOVETP
KarlHungus
0
[Image: giphy.gif]
-- Asociale à mi-temps -- \m/
Répondre
#29
2
Bissa
plysdn
0
(Ven. 01 Dec. 2017, 13:00)Rézal a écrit : D'accord. Donc les détecteurs de fumée ne se décteraient peut-être pas, c'est à tester. Cependant, vous dites globalement qu'allumer une acète sur scène implique des risques bien moins bénins que ce qu'il pourrait y paraître au premier abord, et qu'il y a un danger réel d'incendie.

Bon, je vais méditer cela, et effectuer quelques tests pour voir ce que ça donne. Merci de votre aide.

Rézal

Je sais que ça peut sembler coinçé du sphincter, parce qu'on parle juste d'une petite flamme. Qui en soi, est effectivement innofensive.

Le souci, c'est la vitesse de propagation et les moyens exponentiels qu'il faut pour venir à bout d'un feu puis d'un incendie. Dans le feu de l'action, tu shootes dans l'acet, ou celle-ci tombe, à l'écart, tu es pris par ta pièce, tu priorises pas forcément bien, parce que le stress de la performance réduit tes capacités intellectuelles (voir plus bas). Si ta flamme léchouille un truc inflammable, ne serait-ce que trente secondes, soit le temps que la luminosité des flammes dégage assez de lumière pour attirer ton regard, tu pourras y aller avec trois extincteurs que ça n'y changera déjà plus rien.

https://www.youtube.com/watch?v=ezJ6SorlpJo

A ce compte, tu pourras jeter un cierge dans le feu et prier pour que l'évacuation se passe comme en théorie : bien, sans personnes paniquées qui se prennent les pieds dans des trucs entreposés dans les cheminements qui doivent être maintenus dégagés, que les portes n'aient pas été soudées par un radin d'administrateur, et que personne ne meure écrasé... ou ne reste assis.

Car, autre fait surprenant, en situation de danger, tu as plein de gens qui ne réagissent tout simplement pas, sont tétanisés et meurent connement. Saturation cognitive. C'est un domaine d'étude fascinant, tant il y a un gouffre énorme entre comment on imagine les gens gérer des trucs simples (se lever, sortir) et ce qui se passe en réalité. Et avoir été formé, sensibilisé, drillé, n'apporte qu'une amélioration minime, tant le reptilien défaillant reprend le dessus. Pour la même raison, si ça commence cramer, il y a 30% de chances que tu n'aies pas la présence d'esprit de dégoupiller l'extincteur.

John Leach :

Citation :Background: Many witnesses attest that victims of a disaster often perish despite reasonable possibilities for escaping because their behavior during the initial moments of the accident was inappropriate to the situation. Frequently witnesses report victims ‘freezing’ in the face of danger.

http://www.cti-home.com/wp-content/uploa...Freeze.pdf

Ce à quoi s'ajoutent des inhibitions sociales quand tu as des groupes. Dans plusieurs expériences en psycho sociale, on a démontré que les gens ne prenaient pas l'initiative quand ils étaient nombreux. Cas d'école, on met un sujet avec 10 complices dans une salle d'attente et on feint demander à tout le monde de remplir un questionnaire. De la fumée grise est injectée par le système de clim. Les complices ne paniquent pas et font comme si de rien n'était. Le sujet ne réagit pas non plus. Même salle, même questionnaire, même fumée, mais le sujet est seul cette fois : il prend immédiatement les jambes à son cou.

A l'entretien bilan, les sujets placés avec les complices essayent de trouver des explications rationnelles à leur absence de réaction, mais grosso merdo, la conclusion est que la conformité sociale et le mime mènent à une inertie, même quand celle-ci peut résulter en la mort de l'individu qui se refuse de sortir du rang. Le calque est aussi observable dans les réactions de panique très connes et tout aussi peu rationnelles. L'un dans l'autre, on est plus ou moins prédestiné à mourir bêtement, tant on gère mal le stress, dans un environnement moderne auquel notre petit cerveau reptilien ne s'est pas encore fait.

Je bosse dans un environnement très stressant où une grande partie de la formation consiste à mettre en place des automatismes et une habituation à des situations qu'on ne serait sinon pas en mesure de gérer, faute de capacité cérébrale disponible quand cette petite pute d'Adrénaline s'est invitée dans notre sang et qu'on est assourdi par les battements de notre coeur. Absolument tous les aspirants collègues que j'ai le plaisir de former me disent tomber des nues quand ils se rendent compte à quel point ils sont désarmés et irrationnels une fois mis en situation. Ils connaissent la théorie du bout des doigts, et pourtant, sont incapables de mettre en pratique, une fois que leur cerveau est aux abonnés absents. C'est absolument fascinant, et on se surestime toujours (tout comme on sous-estime la probabilité qu'un truc merde) jusqu'à ce que ça nous arrive.

Des leçons d'humilité et de vie hebdomadaires on fait de moi quelqu'un de trèèèèèèèèès prudent. Murphy et Darwin n'attendent que le bon moment pour se manifester.
Sapeurs Plombiers & Dépannage TV
Sauter ou pétrir
Répondre
#30
1
Freed
0
je me souviens a mes début en taf de chercheur, une chimiste manipule de l'ether pour faire une extraction au dessus d'un bec benzene,
Je suis pret a partir et c'est elle qui m'enmene, ainsi que 2 autres collègues, elle se dépeche, renverse de l'ether tout s'enflamme elle est au milieu d'une boule d efeu qui leche le plafont du prefabriqué. Ca hurle de partout (pas elle). Je prends l'extincteur a coté de moi, l'eteint.
Aucun degat que de la peur. Personne n'a bougé alors qu'il y avait quasi rien a faire :-)
vivre c'est mourir un jour, plonger sous terre c'est vivre intensément!
Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Acète qui charbonne. Tom Joad 61 17 353 Mer. 20 Juil. 2011, 19:35
Dernier message: Cavannus
  générateur acète yannbl 14 4 842 Ven. 08 Août 2008, 19:38
Dernier message: yannbl
  recherche info acète Lobotom 3 1 509 Ven. 24 Mars 2006, 20:44
Dernier message: zetofzone



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)