8 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
avant de partir sous l'eau....
#1
0
0
Bon, je me dis qu'avant que de partir plonger dans un syphon ou dans un réseau inondé, il y a quelques petits trucs à  savoir (certains ici doivent déjà  les connaitre Wink ).

La grande règle de base en plongée tek veut qu'on double tout, redondance oblige. Rien de plus con que de se trouver en panne d'accus sur sa lampe à  500m de toute échappatoire. Imaginez une pânne de détendeur ou un bloc vide qui n'est pas doublé.... Puppy_dog_eyes

C'est bien beau tout ça, mais ... mais, un autre principe veut que tout ce qui n'est pas strictement indispensable soit supprimé. Le dilemne est de trouver le juste milieu entre tout doubler (même le cerveau du plongeur ???) et ne rien prendre (même pas d'air ????) .

Là , différentes écoles de formations tranchent pour leurs éleves et ne les forment que selon LEURS principes bien pensants, qui parfois laissent pensifs, surtout en cas d'accident. Encore une fois, c'est l'intelligence du plongeur, sa logique personnelle et son vécu ("un bon plongeur est un vieux plongeur") qui font la différence. Disoons, une certaine forme d'aqua-Darwinisme.... Big Grin

Des questions ?
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#2
0
0
oui une question chef (de palanqué).

Aurait-il été judicieux de nous exposer avant la logistique de l'équipement, la préparation de la dite plongée, de la recherche d'éventuel plan, et le calcul du temps d'immersion et de remonté, ce qui permettrait de dimenssioner les bi.?
Répondre
#3
0
0
Certes.......

Alors allons-y ......! Big Grin

Comme chacun a pu le remarquer, on respire très mal dans l'eau, a fortiri sous l'eau. C'est donc pourquoi on utilise des bouteilles (aussi appelées blocs) remplies du bon air de la surface. On le compresse un peu, histoire d'en fiare tenir assez dans ces blocs, auxquels on raccorde un détendeur, sorte de truc compliqué qui permet de respirer par la bouche sans pour autant se transformer en ballon. Les détendeurs adaptent le contenu d'air compressé à  notre respiration "a pression normale". Voila qui est bien beau, surtout que l'air est gratuit, donc profitons-en.

Mais...... car il ya a encore un mais, comme au post précédent, ce bon air est composé d'oxygène, de trucs rares en quantités infinitésimales, et puis aussi d'azote, une saloperie de gaz qui ne sert à  rien, voire même qui va nous faire du soucis. En effet, cet azote, avec la pression quand on descned sous l'eau, va passer dans notre organisme, et va surtout avoir du mal a ressortir quand on reviendra à  la surface. En fait, il ressort mais trèèèèès lentement, ce qui explique les fameux paliers de décomrpession, qui sont des phases d'attentes (calculées savament) durant lesquelles ce foutu azote ressort de notre corps.

Si on calcule bien et si on est patient et raisonnable, rien a craindre. Par contre, si on calcule mal ou si on ne fiat pas ces paliers, là , on prends des risques. Dans le meilleur des cas (très rare) ça peut passer, Dans d'autres cas de figures (plus que fréquents), on s'offre un ADD (Accident De Décomrpession) qui peut aller de la paralysie partielle à  la débilité profonde, en pouvant même finir par un décès clair et net. Le fameux caisson de décompression, en réalité de recompression, si il n'est pas loin géographiquement, peut parfois sauver les meubles. MAis bon, les statistiques prouvent que le risque est très élevé.

Faut donc réfléchir, apprendre à  compter et pratiquer progressivement. Encore une fois, Darwin est dans le coin.... Wink

D'o๠l'intéret de connaitre la profondeur à  laquelle on compte plonger, ou au moins se préparer à  une zone de profondeur pour laquelle on aura la bonne quantité d'air et surtout pour laquelle on aura calculé les bons paliers.

On continue ??????
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#4
0
0
apprends des erreurs des autres, tu ne vivras pas assez vieux pour toutes les faires
"Rien ne se perd rien ne se crée tout se dégueule !" Proverbe Byzancien
Répondre
#5
0
0
Asper a écrit :apprends des erreurs des autres, tu ne vivras pas assez vieux pour toutes les faires

Lire les rapports des coroners c'est intéressant de temps en temps mais je pense qu'il vaut mieux apprendre à  paramétrer la logistique de la plongées plustot que de ce limiter à  reternir ce que n'ont pas fait les malheureux plongeurs.
Répondre
#6
0
0
l'accidentologie est très intérréssante en plongée spéléo, j'me rappelle de ce rapport d'un survivant d'un groupe de 3 plongeurs:

debut de la plongée ok, le 1er plongeur arrive après un siphon dans une cavitée seche, il retire son appareil respiratoire et s'effondre.
Le second qui le suivait fait de même bien qu'ayant vu son ami a terre sans détendeur, il perd connaissance egalement. Le troisième était plus réactif, en voyant les cadavres des ces amis replonga aussitôt.

Y'a pleins d'histoires comme celle là  qui sont aussi instructives que passionantes.


Asper a écrit :apprends des erreurs des autres, tu ne vivras pas assez vieux pour toutes les faires

assez "longtemps" et non assez vieux, j'perds la mémoire.
"Rien ne se perd rien ne se crée tout se dégueule !" Proverbe Byzancien
Répondre
#7
0
0
Il faut néanmoins savoir que les tables qu'on utilise actuellement sont directement ou dérivées d'expériences animales et humaines, o๠les statistiques d'accidents, mortels ou non, ont permis de modéliser "par la pratique" les algos des ordis de plongée d'aujourd'hui. Haldane, Paul Bert ou Buhlmann sont malgré tout consommateurs d'organismes à  la base..... Puppy_dog_eyes
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#8
0
0
Pour continuer : le fil d'ariane.....

En effet, on ne s'aventure pas dans un milieu inconnu dans lequel on risque de perdre la visibilité (en remuant des dépots au fond) et donc l'orientation (il m'est déja arrivé de ne même plus voir mon compas ou mon ordi collés à  la vitre du masque) sans prendre quelques précautions.

LA plus sage est de ne pas plonger, je vous l'accorde. MAis bon, on est là  pour aller voir ce qu'il y a plus loin, non ? Alors, on peut utiliser la même technique qu'Ariane pour son copinou Thésée dans le labichose du Minotaure.

Pour ne pas refaire ce qui a déjà  été fait, je cite ici Cedric VERDIER, un peu "confirmé" dans la plongée tek...... :wink:

"Ariane, jouvencelle crétoise éprise d'un aventurier athénien du nom de Thésée, se servit d'une pelote de fil pour éviter de se perdre dans un labyrinthe abritant un dangereux criminel connu des services de police de l'époque, sous le nom de Minotaure. Une fois le monstre tué, il ne restait plus qu'à  commercialiser cette idée simple à  l'usage de tous ceux qui s'aventurent dans des couloirs sinueux et mal fléchés.
Quelques millénaires plus tard, le principe fut repris, et amélioré, par les amateurs de plongée spéléo et d'épaves sous-marine. Le dévidoir était né. Armé d'un tel outil, le Petit Poucet ne serait jamais passé à  la postérité.

A priori rien de plus simple qu'un dévidoir : une bobine de fil plus ou moins épais et plus ou moins solide, enchâssée dans un cadre métallique ou plastique facilitant sa manipulation.
En réalité, le dévidoir a de multiples usages en plongée, aussi bien au fond que lors de la remontée, non seulement lors de plongées sous plafond mais aussi lorsque la visibilité est limitée ou qu'il y a du courant. Petit tour d'horizon.

L'usage premier : le fil d'Ariane
Les dévidoirs se déclinent en une grande variété de modèles, suivant qu'ils sont fermés, ouverts, ou qu'ils contiennent une plus ou moins grande longueur de fil. Certains servent à  dérouler un fil qui servira à  retrouver la sortie, d'autres, plus courts, à  faire la jonction entre deux fils déjà  installés.
En plongée épave, il est rare d'avoir besoin d'un dévidoir de 250 mètres, l'encombrement devenant alors un handicap. Par contre, pour ceux qui souhaitent entrer dans une épave (et en ressortir !), le dévidoir est un accessoire indispensable bien que peu employé. Une coursive, un escalier et quelques coups de palmes soulevant les sédiments suffisent à  s'en convaincre. Les quelques secondes nécessaires à  sa manipulation valent réellement la peine.

Mais le dévidoir sert également lorsqu'il n'y a pas de plafond mais que la visibilité est réduite. Il sert à  rester en contact avec le mouillage au fond et à  pouvoir le retrouver sans hésitation en fin de plongée. Il permet d'explorer les alentours sans avoir à  se soucier exagérément de l'orientation. Même par visibilité réduite, le plongeur est ainsi en partie libéré d'un souci : celui de s'assurer de remonter au mouillage, retrouvant ainsi une bouteille de secours ou un narguilé."


Des questions ?
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#9
0
0
On continue les explications....

La plongée spéléo est sensiblement différente de la plongée loisir en mer chaude. Le matériel demande à  être suffisament pensé, re-pensé et essayé. Fini la stab confortable du club Med dans les eaux bleues et claires de la Martinique. Là , on peut rarement faire surface, on est souvent loin de la sortie, avec le risque de perte de visibilité, de fuite de gaz, de panne de lampe, bref, un environnement o๠le plus petit pépin dégénère vite en "problème définitif" :twisted: .

Entamons donc les explications sur le matériel classiquement utilisé pour aller faire quelques mètres sous terre (pas plus, faut tout re-penser encore une fois... :wink: ).

Voilà  ce qu'on peut avoir sur le dos.....

Hormis les deux blocs (ou bouteilles :roll: ) de gaz respirable, assemblées en bi-bouteille (on parle de bi tout court, d'ailleurs), on a un système de fixation et d'équilibrage qui permet de se maintenir à  une certaine profondeur ou de remonter sans peine.

Légendons donc la photo :

1 - premier étage du 1er détendeur
2 - robinet de fermeture du bloc de droite
3 - tuyau long (on dit Long Hose), suffisament long pour donner de l'air à  un plongeur en difficulté (près de 2m de long).
4 - détendeur de secours (placé autour du cou)
5 - lampe de secours
6 - vessiegonflable (on dit Wing), d'un volume suffisant pour tenir en surface le poids du plongeur et de ses équipements, mais permettant aussi de le remoter du fond....
7 - lampe principale (ici, c'est juste la tête d'un phare HiD 10W, dans son envelope de protection. Les accus sont fixés derrière la Wing, le long d'un des blocs)
8 - dévidoir principal
9 - coupe-fil (pas indispensable mais bon....)
10 - sansgle sous-cutale, destinée à  stabiliser un peu l'ensemble sur le plongeur spéléo
11 - manomètre
12 - dévidoir de secours
13 - purge (une seule suffit... regardez le nombre sur votre matériel de plongée loisir, vous verrez les risques de fuites.... :twisted: )
14 - Direct system, destiné à  gonfler ou purger la wing (pour régler votre descente, votre stabilisation ou votre remontée...)
15 - tuyau d'alimentation du Direct System
16 - premier étage du 2nd détendeur
17 - robinet de fermeture du bloc de gauche
18 - robinet de séparation (pour séparer le bloc gauche du bloc droit, en cas de fuite)
19 - détendeur principal (celui qu'on passe à  son collègue en cas de panne d'air)
20 - plaque (en alu ou en acier) pour supporter l'ensemble de l'équipement.

Et je vous fais grâce des anneaux en acier que l'on trouve sur le harnais, prévus pour y ajouter des blocs supplémentaires (de secours ou de décompression).

Alors, toujours pas de questions ??????
:wink:


Pièces jointes Miniature(s)



Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#10
0
0
up et
si une question
tu la referais comment l'explication aujourd'hui Big Grin
vivre c'est mourir un jour, plonger sous terre c'est vivre intensément!
Répondre
#11
0
0
Ah... très bonne idée..... comment je referais ces explications..... Smile-l

Bon, déjà , concernant la photo juste avant, je vous refais les légendes :

1 - premier étage du 1er détendeur - Utile :?
2 - robinet de fermeture du bloc de droite - Utile aussi Smile
3 - tuyau long (on dit Long Hose), suffisament long pour donner de l'air à  un plongeur en difficulté (près de 2m de long). - à  remplacer par un tuyau court et à  router du bon coté.... Mais je pense que le tuyau long, bien passé au bon endroit, ne gène pas et peut quand même fonctionner.
4 - détendeur de secours (placé autour du cou) - Utile, et on peut même envisager de placer les deux détendeurs autour du cou, ça va plus vite pour alterner.
5 - lampe de secours - à  placer ailleurs que là , par exemple sur le casque. Cette configuration sur la photo est plutot valable en mer.
6 - vessie gonflable (on dit Wing), d'un volume suffisant pour tenir en surface le poids du plongeur et de ses équipements, mais permettant aussi de le remoter du fond.... - très utile !!! :roll: j'ai vu également utiliser une stab classique, ça semble moyen, et une vieille Fenzy, qui n'a absolument pas déstabilisée le débutant qui l'utilisait.
7 - lampe principale (ici, c'est juste la tête d'un phare HiD 10W, dans son enveloppe de protection. Les accus sont fixés derrière la Wing, le long d'un des blocs) - Le bloc d'accus peut aller un peu partout, me concernant il est bien sur le coté de la plaque, par contre, la position de la tête c'est au choix. Sur le casque, ça me gênait, à  la main c'était mieux mais il y a moyen de moyenner, hein .... :wink:
8 - dévidoir principal - C'est absolument pas le bon modèle. Comparé à  un dévidoir "parisien", il est mal adapté. Par contre, il accroche bien tous les fils d'Ariane qui passent à  sa portée. Evil
9 - coupe-fil (pas indispensable mais bon....) - limite inutile. Préférer une paire de Jesko au poignet et en plus un bon sécateur.
10 - sangle sous-cutale, destinée à  stabiliser un peu l'ensemble sur le plongeur spéléo - confort au portage et lors des déplacements sous l'eau.
11 - manomètre - inévitablement utile, comme l'autre !!!
12 - dévidoir de secours - quitte à  doubler, un second parisien serait top, pour rabouter ou prolonger en cas de visites lointaines....
13 - purge (une seule suffit... regardez le nombre sur votre matériel de plongée loisir, vous verrez les risques de fuites.... :twisted: ) - purge basse, bien utile quand on est légèrement tête en bas, mais sinon le direct system fait le plus gros du boulot.
14 - Direct system, destiné à  gonfler ou purger la wing (pour régler votre descente, votre stabilisation ou votre remontée...) - a moins de l'accrocher dans une fissure ou une étroiture, c'est indispensable pour alimenter la wing. A voir si une wing double, donc avec un second inflateur, ne serait pas rassurante.....
15 - tuyau d'alimentation du Direct System - rien à  dire, il va avec l'inflateur
16 - premier étage du 2nd détendeur - utile
17 - robinet de fermeture du bloc de gauche - utile - à  protéger, pas trop du fait qu'il risque de se fermer en frottant sur le rocher, mais surtout à  protéger des chocs et des coups des plongeurs un peu brutes.... :oops:
18 - robinet de séparation (pour séparer le bloc gauche du bloc droit, en cas de fuite) - à  fermer, inutile en plongée sout, mais utile en mer. On peut très bien s'en passer (mais on peut difficilement le retirer quand le bi est déjà  gonflé !!!)
19 - détendeur principal (celui qu'on passe à  son collègue en cas de panne d'air) - utile, mais on le garde pour soi. Sauf cas très très rare, on plonge en totale autonomie, donc en parfait égoà¯ste, durant les explos. Maintenant, si un plongeur passant par là  a besoin d'un peu de gaz, en cas de fuite sur son propre scaphandre ou juste pour lui laisser le temps de se clamer, pourquoi ne pas lui passer ?
20 - plaque (en alu ou en acier) pour supporter l'ensemble de l'équipement. - bien pratique, mais un backpack va bien également, ou rien, simplement un brèlage de deux blocs groupés par une sangle, voir au pire deux blocs dans un kit spéléo.....

Concernant le fil d'Ariane maintenant.....

Vaste sujet, il faut réfléchir avant de le placer, pas après. Un caouètche régulièrement, là  o๠l'accrochage ou l'inflexion du fil devient utile. Une tete d'alouette, une accroche sur un point fixe (rocher, gros bloc posé au sol à  bon escient, .... palme du copain :twisted: ), tout est bon pour bien fixer le fil. Ne pas traverser en large les cavités, mais essayer de faire un fil lisible sans devenir un piège. Ne pas s'emmèler dans l'existant, ni se rattacher à  des fils existants inconnus. En profiter pour repérer un peu o๠on pose le fil (repères visuels pour le retour, éventuellement identifier les éventuels chausse-trappes). Faire tout cela sans soulever de touille, sans toucher ni cogner, sans trop changer de position (équilibrage) sans s'essouffler et consommer comme un âne, tout en pensant à  alterner ses détendeurs, lire ses manos, repérer les autres plongeurs si il y en a, flécher le fil si besoin, ne pas le lâcher.... et le tout uniquement avec deux mains !!!! Shocked

Ah, j'oubliais, dans ce tableau dantesque, au retour, on déséquipe son fil. :mrgreen:

Vous n'imaginez pas comme le gaz file vite durant toutes ces opérations.... :? :twisted:
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#12
0
0
en résumé,
tout en double mais
simplifier au maximum,
ne pas acheter le gros matos commercial

seul bémol sur ta modif, la double wings est plus inutile qu'utile.
déjà  aucun d'entre nous ne l'utilise Big Grin
et en cas de soucis tu ne sais plus quoi dégonfler.
Pour toi ajoute à  la remonter 2 recycleurs dont il faut purger les faux poumons qui se dilatent, la combi étanche qui se gonfle,
ca fait beaucoup à  gérer pour ne pas virer à  l'ascenseur infernal qui viendra t'exploser tes poumons en une gerbe colorée vermillon du plus joli et définitif effet! Tomato

comme je dis souvent c'est comme les catas faut pas faire :mrgreen:
vivre c'est mourir un jour, plonger sous terre c'est vivre intensément!
Répondre
#13
0
0
plongeur a écrit :la double wings est plus inutile qu'utile.
déjà  aucun d'entre nous ne l'utilise Big Grin
et en cas de soucis tu ne sais plus quoi dégonfler.

Si, celle des deux enveloppes qui est raccordée au flexible MP.....

Deux enveloppes dans la même Wing ne veulent pas dire les deux gonflées, mais bien une en état qui peut être rebranchée sur le bon DS pour pallier celle qui est crevée.... Et deux vraies enveloppes séparées, sans parois commune....

Citation : Pour toi ajoute à  la remonter 2 recycleurs dont il faut purger les faux poumons qui se dilatent, la combi étanche qui se gonfle,ca fait beaucoup à  gérer pour ne pas virer à  l'ascenseur infernal qui viendra t'exploser tes poumons en une gerbe colorée vermillon du plus joli et définitif effet!

Là , on verra, mais je pense que lorsque j'aurais trouvé mon recycleur, ce sera redondance en OC avant même de penser à  une redondance en CC. On sent que tu reviens d'un stage, toi .... :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#14
0
0
Ah, j'oubliais, sur la config citée plus haut avec la photo, on peut oublier les deux parachutes de pallier, c'est pas vraiement utile... Silly Icon_lol
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#15
0
0
Je ne sais pas si c'est jouable, mais perso en speleo plongée, je verrais mieux tes bouteilles dans l'autre sens, de facon a protéger les detendeurs...
Dsl c'est surement stupide.
La vie est un instant, vie la intensément.
-------------------------------------------------------
Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Avant de plonger ici... subafab 1 7 188 Mar. 31 Jan. 2006, 10:47
Dernier message: subafab



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)