19 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
supprimer son compte
#16
1
gump kta
0
(Mer. 03 Nov. 2021, 16:42)gump kta a écrit : putin vous me faites tous chier du coup je vais rester.

C'est la fête ... Big Grin



Das Leben eines Mannes, zwischen Himmel und Erde, vergeht wie der Sprung eines jungen weissen Pferdes über einen Graben : ein Blitz ... pfft ... es ist vorbei !
(CHINE, 4e siècle av. JC)
Répondre
#17
0
0
(Mer. 03 Nov. 2021, 16:42)gump kta a écrit : putin vous me faites tous chier du coup je vais rester.

Tout ça pour ça... Mais quel boulet...
Attention, il m'arrive fréquemment de dire des conneries. Mais heureusement je suis capable de le reconnaître !
Répondre
#18
0
0
On est déjà à la page 2, c'est bien que ça à servi quand même !
Sous terre, il y a les curieux et les blasés 
Répondre
#19
0
0
(Jeu. 04 Nov. 2021, 00:02)Eldiablo9903 a écrit : On est déjà à la page 2, c'est bien que ça à servi quand même !

Moi je vais dormir en tout cas, il est l'heure
en équilibre sur l'épaule des géants
Répondre
#20
3
Black
guy
plysdn
0
Quiconque souhaite se saborder voit de toute manière son fantomatique intellect piégé ad vitam eternam ici via ses messages.
Nous sommes coincés dans une boucle spatio-temporelle, tous ensemble jusqu'à la fin.
C'est génial, hein ?  Big Grin    Silly


Répondre
#21
0
0
(Mer. 03 Nov. 2021, 13:27)KdK a écrit : 2. CK n'est ni une association, ni une société donc en fait n'est pas un organisme et c'est un oubli de la RGPD.

Bah voyons, les trois plus grands services juridiques au monde ont oublié un truc, qui est aussi passé inaperçu lors de l'examen par les 28 experts des ministères compétents.

Article 3(7)
«responsable du traitement», la personne physique ou morale, l'autorité publique, le service ou un autre organisme qui, seul ou conjointement avec d'autres, détermine les finalités et les moyens du traitement; lorsque les finalités et les moyens de ce traitement sont déterminés par le droit de l'Union ou le droit d'un État membre, le responsable du traitement peut être désigné ou les critères spécifiques applicables à sa désignation peuvent être prévus par le droit de l'Union ou par le droit d'un État membre;

(Mer. 03 Nov. 2021, 13:51)2006 a écrit : Ils n'ont aucune contrainte de supprimer la totalité du contenu éditorial que tu as pu produire ou contribuer au forum

C'est quand même la base de la propriété intellectuelle et du droit de paternité. Et la pirouette de l'oeuvre contributive à caractère rétroactif pour faire opposition à l'édition a posterio de ses propre messages n'avait guère su convaincre à l'époque où la charte a été retapée (vers 2010 dans mes souvenirs). Mais je suppute que le requérant s'est inscrit postérieurement.

(Mer. 03 Nov. 2021, 13:51)2006 a écrit : il faudra trouver un tribunal français prêt à défendre ta propriété intellectuelle de l'équivalent d'un shitpost

De jurisprudence constante, on se garde de se livrer à une appréciation qualitative de l'oeuvre au plus tard depuis l'invention de la photographie.

En outre, je me garderais de mettre l'accent sur l'application du droit, sur une question de droit pur. On s'engage sinon sur la pente sinueuse semblable aux "t'as qu'à trouver un flic qui croira à ton histoire de viol sans te juger, et trouver un tribunal qui reconnaisse le viol conjugal".
Sapeurs Plombiers & Dépannage TV
Sauter ou pétrir
Répondre
#22
0
0
Mmmh



Je reste curieux : j'arrive dans une bibliothèque qui organise un projet où chacun peut faire écrire son mot dans le béton de sa nouvelle façade, et après avoir fait écrire "merde à celui qui le lira" sur le mur, je regrette et j'attaque la bibliothèque pour faire retirer au burin mon message sur la base que celui-ci est mon œuvre originale, dont j'ai les droits moraux et patrimoniaux. Sans appréciation qualitative de l'œuvre, je m'interroge sur la portée du droit d'auteur dans ces situations. On fait un film et j'improvise une ligne de dialogue, puis je fais remonter le film après sa sortie ?

Le monde du numérique a changé beaucoup de chose – ça dépasse CKZone quoi – et ça me laisse rêveur. Sans doute tout le monde ici a déjà accepté des « conditions d'utilisations » qui indiquent que l'on cède une licence illimitée à la plateforme pour la réutilisation du « lol lmfaoptdr » que l'on postera sous la photo du tonton, sans doute ces conditions ne sont pas conformes au droit français, mais est-ce que la loi écrite pour protéger les créateurs d'œuvres originales s'applique dans son esprit à ma créativité fainéante du dimanche matin à taper « lmfaoptdr » ?

Aussi, quand on discute là tous ensemble, on est plus proche de la discussion du PMU du coin que d'une extension aux dialogues de Platon. Je suis bien d'accord que sans porter un jugement sur la valeur qualitative de l'œuvre de Michel qui discute de la récente baisse de qualité de la boisson anisée marque distributeur Auchan, est-ce que si j'en prends note et je le publie dans mon journal sous la rubrique des « brèves entendues au PMU » en citant un anonyme, Michel bien que dans son droit de m'attaquer, sera t'il jugé comme méritant de bénéficier de la protection qu'on offre aux maisons de disque, sociétés de production, artistes, écrivains et auteurs ? J'y connais pas grand chose en vrai, mais l'impression m'a été faite que c'est tout en nuance, pas vraiment tranché.

C'est un peu ça que je voulais communiquer, c'est que la manière dont on m'a expliqué (et peut être j'ai écouté les mauvaises personnes ou retenu les mauvais passages) le droit et l'application de celui-ci, c'est que le texte et la jurisprudence donne une abondance d'informations nécessaires ensuite à ce que les humains présents dans le processus juridique puissent interpréter le contexte, la situation et voir si cela colle avec le droit – d'où mes analogies foireuses, même si je n'aligne pas le viol conjugal pour l'occasion, pour moi la diversité des situations ouvre à interprétation.


Sans surprise vu ce que je viens de dire : ces même personnes qui m'ont expliqué cette manière de nuancer, m'ont souligné que le « droit pur » n'existe pas – après je suis loin d'être dans mon domaine de compétence. Après, un forum collaboratif communautaire rentre bien dans la définition d'une œuvre collective, où même si la contribution individuelle peut être isolée du reste de l'œuvre, l'exercice d'une exploitation personnelle de ses droits sur celle-ci ne doit pas se faire au préjudice de la diffusion de celle-ci (et couper un côté entier de la discussion est définitivement un préjudice à la diffusion de l'historique d'une discussion publique).

Enfin, pour le caractère « rétroactif », le fait de l'avoir écrit dans la charte ne change pas la nature de l'œuvre qui pouvait déjà être traitée comme collective auparavant, mais ça souligne bien l'information et changera peut être ensuite l'application du droit lorsqu'il sera transposé du sa version « pure » qui flotte dans l'éther, à une discussion entre cabinets d'avocats ?

Tout ça pour justifier mes doutes quand à la clarté du droit sur la question, facilité d'interprétation, de l'existence même de jurisprudences autour de forums de discussions dans l'ère du numérique… ce qui me fait dire : il va falloir être motivé et se lever tôt pour faire passer la pilule, et que sans doute avant la fin une des parties va se défaire de l'affaire, ou s'entendra dire de la part de son avocat « vous êtes vraiment sûr de vouloir continuer ? parce que là, c'est un peu con, non ? ».



Bref, navré de m'être mal exprimé et d'avoir manqué de nuance.

…et pour le moment, je penche pour la théorie que nos chiasses verbales ici bas sont à la merci des admins de CK, ils en font ce qu'ils veulent et ça me va bien.

J'en veux pour preuve que je declare solennellement posséder l'intégrale de "La petite maison dans la prairie" chez moi et je me revisionne le tout régulièrement. 

Et je ne suis pas l'auteur de cette dernière partie
en équilibre sur l'épaule des géants
Répondre
#23
0
0
Citation :Tout ça pour justifier mes doutes quand à la clarté du droit sur la question, facilité d'interprétation, de l'existence même de jurisprudences autour de forums de discussions dans l'ère du numérique…

Le droit n'est pas clair pour les profanes. Pas plus que la plomberie, la mécanique automobile, l'électricité générale (coucou H2O) ne sont à la portée de tout le monde.

Lire un texte juridique ≠ comprendre un texte ≠ comprendre un texte en contexte ≠ comprendre un texte en contexte et être au courant des dernières nuances jurisprudentielles (et savoir qu'elles existent).

Pour illustrer dans le contexte du RGPD : j'ai bossé sur les affaires Schrems et je ne suis même pas sûr d'avoir compris l'énoncé du problème. Malgré un diplôme en droit, dix ans d'expérience dont 4 à la CJUE.
Sapeurs Plombiers & Dépannage TV
Sauter ou pétrir
Répondre
#24
0
0
Laissons la plomberie aux plombiers Smile
en équilibre sur l'épaule des géants
Répondre
#25
0
0
Pour ce qui est du droit à l'oubli, le fait de supprimer son compte et de dissocier ainsi la merde que l'on a écrite de son nom ne suffit pas, de facto, à exercer ce droit ?
Attention, il m'arrive fréquemment de dire des conneries. Mais heureusement je suis capable de le reconnaître !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)