2 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 4.5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
Liens vers des articles de journaux
0
1
alpha
(Ven. 23 Oct. 2020, 20:39)gump kta a écrit : Hauts-de-Seine. Les carrières de craie de Meudon ne seront pas comblées
Le tribunal administratif a annulé l'autorisation pour la ville de Meudon (Hauts-de-Seine) de combler en partie les carrières de craie, classées site scientifique et artistique.  https://actu.fr/ile-de-france/meudon_920...eu3MlopKgg
Jusqu'à hier soir oui...
Le muscle est galbé. La plastique est herculéenne. La bière est enculée.
Répondre
0
0
(Ven. 23 Oct. 2020, 20:50)Pyro a écrit : Jusqu'à hier soir oui...

Jusqu'à hier soir quoi ?
On peut en savoir plus ?
Répondre
0
0
(Sam. 24 Oct. 2020, 09:29)alpha a écrit : Jusqu'à hier soir quoi ?
On peut en savoir plus ?
L'émission Envoyé Spécial sur une certaine carrière du coin
Le muscle est galbé. La plastique est herculéenne. La bière est enculée.
Répondre
0
0
Les liens des articles legorafi & consort, c'est marrant, mais ça va dans une section autre.
Répondre
1
le G.O
0
Fais ton boulot Bibi...

Mords-y l'oeil.

-Bhv-
-Allo Allah ?... C'est Ali ?... Ahmed alors !-
Répondre
0
0
(Lun. 16 Nov. 2020, 12:28)Bhv a écrit : Fais ton boulot Bibi...

Mords-y l'oeil.

-Bhv-

Nan, je mange trop en ce moment.
Répondre
5
2006
lamer
Land-scape
subterranologie
SWAN
0
https://www.lemonde.fr/international/art...xtFzfGOEto

Lors de la bataille du Chemin des Dames, en 1917, plusieurs centaines de soldats allemands se sont réfugiés dans un conduit souterrain pour échapper aux canons français. Ce sera leur tombeau, et une énigme de plus d’un siècle pour les chercheurs. Le lieu a fini par être mis au jour grâce à l’acharnement d’une famille d’historiens amateurs.

Ils sont donc là, exactement là, au mètre près, la technologie ayant confirmé l’intuition humaine. A mi-flanc de la colline de Craonne, 20 mètres sous cette lourde terre de l’Aisne, recouverts d’un épais linceul de calcaire et de sable, attendent quelque 250 corps de soldats allemands, emmurés dans un tunnel il y a un siècle. La position et l’existence même de ce souterrain ont longtemps été un mystère. Une énigme enfin résolue dans des conditions assez peu orthodoxes, qui sont une histoire dans l’histoire.
Répondre
2
2006
gump kta
0
Salut Gump merci pour l'article.

Y  a moyen que quelqu'un partage l'article sans le paywall ?

J'ai le ventre noué à l'idée de l'agonie que ces soldats ont dû ressentir.

J'ai fait quelques recherches :




J'ai trouvé ce rapport de bataille poignant :

https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=54363



En voici un extrait :

" le séjour dans le tunnel devenaient de plus en plus difficile à supporter car la qualité de l’air s’y détériora rapidement et la chaleur devint insupportable. Les deux groupes électriques en service n’ont pas pu offrir une amélioration substantielle.

Comme il n’était plus possible de séjourner plus longtemps dans la partie arrière du tunnel, il fallait regrouper les occupants dans la partie avant, la plus proche de la sortie. Les hommes y gisaient au sol ou sur les lits dans une poussière très dense et à moitié morts de faim, le plus souvent sans vareuse ni chemise - malgré l’alarme permanente.

Le 3 mai le 2e bataillon remarqua des rassemblements dans la position ennemie qui purent être dispersés par des tirs destructifs et de barrage. Des tentatives d’approche des Français furent repoussées sans exception. Après une nuit relativement calme débuta, le 4 mai à 10 heures du matin, un tir très violent dirigé par des avions, en particulier contre le Winterberg et son tunnel. La montagne tremblait sous les détonations, et les États-majors et les compagnies très affectés par le manque d’air et par la poussière, pensaient à chaque instant que le tunnel allait céder. Mais la couverture de terrain épaisse de 20 mètres environ résistait au bombardement. Néanmoins, un destin cruel avait choisi le Winterberg pour devenir la tombe de nombreux hommes du 111e.

En effet, à 11 heures 45, l’entrée principale nord fut touchée et comprimée par un obus de très gros calibre. Par malheur on y avait stocké des cartouches et des fusées éclairantes qui ne tardaient de brûler. La fumée mélangée de gaz toxiques se propagea vers l’intérieur et menaça les occupants ( essentiellement des 10e et 11e compagnies) d’étouffement. Plusieurs hommes perdaient déjà conscience. Une tentative pour dégager l’entrée échoua. Le major Schüler reconnut le danger. Il se rendit immédiatement vers le centre du tunnel plongé dans l’obscurité car il était tellement rempli de fumée qu’aucune lumière ne put y pénétrer. Il ordonna aux occupants de quitter sur le champ le tunnel par les sorties de secours et de se rassembler au PC de combat du 1er bataillon. Cet ordre devait être transmis de bouche à oreille dans le souterrain.



Le commandant du régiment, celui du 3e bataillon et leurs états-majors ont pu franchir le verrou de feu. Mais à l’extérieur ils ont attendu en vain leurs compagnies. Seulement trente hommes de celles-ci ont encore pu sortir. Où étaient les autres? Apparemment l’ordre d’évacuation n’avait pas été transmis dans la bousculade et le chaos qui régnaient dans le tunnel. Les hommes se serraient devant les étroites sorties de secours.

Un jeune officier de minenwerfer croyait alors pouvoir neutraliser le danger en protégeant les occupants contre la fumée toxique dans la partie AR du tunnel, par une obstruction faite de sacs de sable. Tout le monde se rouait alors vers cette direction. Mais c’était leur perte. Il n’y eut plus aucune arrivée d’air frais, et un sauvetage devenait alors quasi impossible. Des commandos de pionniers ont bien tenté de pénétrer dans le tunnel, mais une progression en profondeur n’y était plus possible. Ils ont donc pu sauver seulement quelques hommes. Ils rapportèrent surtout des récits d’énormes souffrances et de la mort horrible des occupants. Bien des hommes se sont même suicidés pour mettre fin à leur calvaire. Ce qui s’est réellement passé dans les profondeurs du tunnel dans l’après-midi du 4 mai restera toujours inconnu. "
Répondre
0
0
(Mar. 17 Nov. 2020, 11:00)SWAN a écrit : Salut Gump merci pour l'article.

Y  a moyen que quelqu'un partage l'article sans le paywall ?

Le début est suffisamment mal écrit pour pas avoir envie de lire la suite...
https://francenewslive.com/le-mystere-de...ret/34508/
Répondre
7
2006
Dave
le G.O
LOUL
Mathieu
Raska
Skara
0
Article sur les cavités troglodytes en Val de Loire ...

https://subterranologie.com/les-troglody...l-de-loire


Pièces jointes Miniature(s)



Mise en lumière du patrimoine souterrain par la photographie: https://subterranologie.com
Visites virtuelles souterraines : https://subterranologie.com/visites-virtuelles

Répondre
1
Raska
0
Citation : Notre-Dame de Paris : les carrières de pierre vont rouvrir pour la restauration de la cathédrale

Le gouvernement va accorder des dérogations aux carrières afin de relancer le chantier de restauration du monument à la suite de l'incendie du 15 avril 2019.

https://www.francetvinfo.fr/culture/patr...86313.html
Répondre
1
le G.O
0
https://www.lavenirdelartois.fr/100253/a...5ugP57bfGI

À Arras, une cavité s’est formée derrière le beffroi
Ce jeudi 19 novembre en fin d’après-midi, les équipes de la communauté urbaine et de la ville d’Arras sont intervenues suite à l’apparition d’une cavité.

Des ptits trous, des ptits trous, toujours des petits trous, chantait Serge Gainsbourg. Régulièrement, à Arras, services de la mairie et de la communauté urbaine doivent intervenir pour sécuriser l’espace public suite à l’apparition de cavités.

Ce jeudi 19 novembre, c’est place de la Vacquerie, juste derrière le beffroi qu’une cavité est apparue. « Les services de police ont aussitôt bloqué l’accès afin de permettre aux pompiers d’intervenir », expliquent les services de la mairie d’Arras.


Depuis, la cavité a été sécurisée et doit faire l’objet d’une expertise ce vendredi 20 novembre afin de déterminer son origine. Ancienne carrière ? Prolongement des Boves ? D’après certains experts, le centre historique d’Arras serait un véritable gruyère. En mai 2018, la direction départementale de la terre et de la mer (DDTM) avait même lancé un inventaire des cavités souterraines sur le territoire de la communauté urbaine.

Forcément, la circulation va être limitée sur cette place de centre-ville. Des déviations ont été mises en place.
Répondre
0
0
(Dim. 22 Nov. 2020, 18:39)gump kta a écrit : D’après certains experts, le centre historique d’Arras serait un véritable gruyère.

Ah, le gruyère et les trous...
Même les "experts" s'y mettent !
https://www.facebook.com/photographie.souterraine/
"Les catacombes disparaîtront sous les injections. Les cataphiles disparaîtront sous leurs déjections" (Nostradamus)
Répondre
2
Beach
Farfadet
0
Le gruyère français a des trous.

Faudrait peut-être demander à un expert d'en parler dans une conférence TedX.
Répondre
1
le G.O
0
(Mar. 24 Nov. 2020, 11:44)Krahoc a écrit : Le gruyère français a des trous.

Le vrai gruyère vient de la ville de Gruyères
https://www.facebook.com/photographie.souterraine/
"Les catacombes disparaîtront sous les injections. Les cataphiles disparaîtront sous leurs déjections" (Nostradamus)
Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  ALERTE ! Annonce d'articles dans la presse h2o 1 559 949 982 Ven. 03 Dec. 2021, 00:49
Dernier message: gump kta
  Anciennes revues de presse ou articles - monde souterrain jeff95 47 19 982 Dim. 10 Mai 2020, 13:47
Dernier message: Suri
  Articles en anglais dans The Scotsman (1860-1944) seek 6 6 587 Mer. 07 Nov. 2007, 19:02
Dernier message: jd
  Liens streamer TV et autres fluxs vidéo lafouine 9 7 969 Mar. 02 Mai 2006, 19:04
Dernier message: Alzimut
  vers une réouverture de l'avenue de choisy Baltimore 1 2 707 Ven. 28 Mars 2003, 16:45
Dernier message: Baltimore
  Articles Port Mahon Lhermine 2 3 200 Ven. 14 Mars 2003, 14:05
Dernier message: Baltimore
  Crue de la seine (divers articles) h2o 4 5 514 Mer. 11 Dec. 2002, 19:08
Dernier message: h2o



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)